mordoree-sol

MODE DE CONDUITE DU VIGNOBLE

LE TRAVAIL DU SOL

Nous apportons à nos sols des produits naturels totalement inoffensifs pour l’environnement, tout en attachant une importance primordiale à la vie du sol : bactéries, insectes, lombrics, etc. Ceux-ci sont essentiels pour aérer et amender les sols.

Par exemple, une densité normale de lombrics « laboure » 300 tonnes de terre à l’hectare en une seule année.
En effet, un sol vivant est une condition essentielle pour élaborer des vins complexes car les racines de la vigne peuvent descendre en profondeur pour se nourrir sur la roche-mère. Ces sols sont aussi beaucoup moins sensibles à l’érosion qui est un fléau et remet en cause l’avenir de l’agriculture. Cela a conduit les vignerons à utiliser des quantités de désherbants chimiques de plus en plus puissants pour contrer les résistances qui apparaissaient.
Pour nous, avoir de l’herbe dans nos vignes est, au contraire, un signe de la bonne santé du sol.
De plus ces herbes le protègent de l’érosion et servent de refuge aux prédateurs des insectes nuisibles.
Le travail du sol et l’enherbement permettent la suppression des herbicides chimiques. Un territoire enherbé permet d’alimenter et de protéger une faune variée.
Nous décompactons ensuite les sols en profondeur, sans mélanger les différentes couches de terre, avec des outils spécialisés qui ne détruisent pas le couvert végétal.